Touquet 2010 : De beaux souvenirs malgré l’abandon …

Avec 20 engagés, l’édition 2010 promettait de belles bagarres, et comme de surcroît la météo s’annnonçait changeante et pluvieuse, le scénario allait être de bonne facture.

De notre coté, les choses étaient un peu différentes dans la mesure où Eric étant indisponible, et que les deux autres copilotes susceptibles de le remplacer roulaient eux aussi au Touquet, je m’étais préparé à déclarer forfait et à m’inscrire à Epernay, qui avait lieu le week end d’après.

Finalement, et grâce à un emploi du temps démentiel, Bruno BRISSART, à coup de nocturnes au bureau, se rendit disponible et nous permit alors de disputer le Touquet 2010 ensemble. Rendez vous était pris le vendredi midi à l’aéroport du Touquet, tout en dînant avec un client la veille au soir à l’aéroport…de Nice. Entretemps, j’étais à 9h du matin en Belgique pour récupérer l’Escort, dont l’échappement avait été réparé suite aux Routes du Nord.

Une fois la voiture nettoyée et le harnais de Bruno réglé, nous voici aux vérifications techniques où nous retrouvons les amis FLAMENT, DHILLY, BAYARD et sa superbe Porsche 911 3.0 groupe IV (Sanson avait gagné le Touquet 2002 avec) et aussi LEVASSEUR et LECAM, les Rochelais avec leurs 911, les époux BAILLIERE, la monstrueuse MERCEDES 500 SLC de Van HAVERBEKE et son non moins impressionnant semi remorque d’assistance, le retour de François PONTIER , les traits tirés par ses nuits de biberon, BIECQ et sa Sunbeam, ainsi que les habituels compétiteurs du challenge VHC en Nord : La famille RICHE, la famille PONTHIEU, JP DUCROUX de plus en plus rapide avec sa 911, GROMEZ et son Bertone, la famille WATTINNE et leur suédoise ( une SAAB…), LEVEQUE et sa R5 Alpine, PAILLEUX et sa Manta et enfin la belle Alpine A 310 V6 de TAGLIAPIETRA.

Après le traditionnel diner offert aux concurrents VHC par Philippe et Brigitte FLAMENT, une petite nuit de sommeil nous attendait avant la grosse journée de samedi avec pas moins de 10 spéciales. Les élections régionales du dimanche imposaient un planning plutôt light pour la dernière journée afin de laisser aux citoyens le temps d’aller voter (du moins ceux qui avaient prévu de le faire…)

Samedi matin, la première surprise venait de la direction de course, qui avait changé l’ordre des départs en mettant Laurent BAYARD en queue de peloton. Décision incompréhensible quand on sait qu’il venait de finir 6ème scratch des Routes du Nord avec sa vénérable clio Williams et qu’il était le favori logique du Touquet VHC.

La première spéciale allait se dérouler sous un ciel menaçant et un sol humide par endroit, notamment la partie après le passage dans le gué de BOURTHES…

Laurent BAYARD dégoupillait le premier et faisait le scratch devant nous à 12 secondes (moins d’une seconde au kilomètre, nous étions plutôt satisfaits), LEVASSEUR 3ème temps à 23 secondes et Jean Marc DHILLY toujours très rapide chez lui, suivait à 36 secondes.

Road book: page 241 case 9 et page 242 case 14, c’est là que sont les radars…

Le second chrono se déroulait à Hucqueliers et présentait un tracé beaucoup plus rapide avec quelques tronçons de départementales.

BAYARD poursuivait sa domination, LEVASSEUR lui emboitait le pas à 13 secondes et nous à 17. Dhilly refaisait le 4ème temps.

Philippe FLAMENT et Didier RENAUX, ne cherchant pas la performance en raison d’un moteur en rodage…

De retour au Touquet pour l’assistance, je pouvais savourer pour la première fois depuis BETHUNE 2002 le fait d’avoir une assistance dédiée en la personne de Ronald venue de sa Belgique natale surveiller l’Escort de plus près. De plus Danny HUTTIN officiait aux fourneaux avec ses amis, et nous préparait, pour les trois équipages (FLAMENT , DHILLY et nous) des pauses presques gastronomiques.

Danny HUTIN et Jean MANNESSIER, sans eux, ce n’est plus vraiment le Rallye du TOUQUET…

Lors du premier passage sur la spéciale spectacle du Front de Mer, j’avais conseillé à Jean VALANCKER, cheville ouvrière du challenge VHC en Nord de se placer à l’épingle de la fin de la boucle. Il n’a pas été déçu quand nous avons fait un 360 degrés devant lui…Pour le chrono, on verra cela au prochain passage…

(photo: Jean VANLANCKER…)

Ensuite arrivait le premier passage dans la longue spéciale de Parenty, longue de 27 kilomètres.

Partis sur un bon rythme, nous nous retrouvions vers la fin de la spéciale bloquée derrière la 500 SLC et vu l’étroitesse de la route et la largeur de l’Allemande, nous avons dû prendre notre mal en patience.

Rageant de perdre du temps ainsi…BAYARD et LEVASSEUR font pratiquement le même temps avec un avantage de 2/10ème pour Laurent, DHILLY 3ème temps à 40 secondes et nous, finalement 4ème après avoir contemplé l’arrière de la teutonne un peu trop longtemps à notre goût. Virginie ROSENBLIEH, qui était au point stop, a immortalisé l’instant et ne nous a pas trouvé très souriant…( voir la photo dans la galerie)

Entre temps nos amis BAILLERE avait renoncé sur un problème électrique ainsi que Serge BIECQ sur sa Sunbeam.

Hervé et Elisabeth BAILLIERE dans HUCQUELIERS.

Nous arrivions au départ de la spéciale de BOURTHES en même temps que la pluie. Nous savions depuis le départ que notre seule chance viendrait du ciel et que sous la pluie, la puissance serait moins prépondérante. Ainsi nos 171 chevaux auraient moins à rougir face aux 290 chevaux des PORSCHE 3 litres.

Nous partons sur un gros rythme, et malgré que le moteur ratatouillait après le passage dans l’eau du Gué, nous faisons notre premier temps scratch devant Dhilly et Bayard. Levasseur nous avait quitté sur problème mécanique ainsi que Marc et Aurélie RICHE sur leur Golf Gti.

Course superbe de Jean Marc DHILLY et Thomas COUSTENOBLE sur la Giulia.

Le deuxième passage dans Hucqueliers disputé sous la pluie, nous permettait de faire parler la poudre à nouveau.Nous reprenons d’un coup 37 secondes à Laurent BAYARD…Dhilly 2ème temps et Pontier 3ème.

La grosse attaque pour rester au contact des Porsche.(photo JM COTTERET)

Le passage par Etaples pour un regroupement nous permit de retrouver la famille BAILLIERE qui avait été en spéciale nous voir passer (bien malgré eux). Leurs commentaires étaient fort instructif.

Petit passage à l’assistance, on monte la rampe de phare et nous resserons le roulement avant gauche qui avait beaucoup de jeu (détail qui a son importance pour la suite de l’histoire).

Le deuxième passage dans la super spéciale du Touquet nous réussissait car nous réalisions notre 3 temps scratch consécutif. Nous reprenions encore 8 secondes à notre copain BAYARD.

Au départ de Parenty 2 , vers 19h30, nous allumons les phares car la nuit était tombée, la route était encore bien humide par les averses précédentes, et Bruno et moi allions nous élancer pour 27 kilomètres de plaisir. Une route piègeuse, la nuit, un peu d’eau, toutes les conditions qui donnent au rallye une dimension unique et qui effacent les nuits passées à travailler sur nos autos…

Les grosses flaques d’eau qui avaient rempli les cordes revenaient sur le pare brise en nous éblouissant avec la réverbération des phares, les spectateurs qui agitaient leurs bras lors de notre passage nous faisaient vivre un beau moment, ceux qui font aimer le rallye.

Vers la fin de la spéciale, à un kilomètre de l’arrivée, un bruit inquiètant venait du train avant. Bruno, entre deux notes, me disait : ” Y’a un bruit”. Je ne répondi pas car cela faisait un moment que je sentais une grosse vibration sous mes pieds et que je cherchais ce que cela pouvait être…

Nous terminons sans prendre de gros appuis et nous rendons à l’évidence, le roulement avant gauche avait laché. L’auto restera là, après le point stop.

Dommage car malgré notre problème et la baisse de rythme sur la fin, nous réalisons le 2ème temps à 7 secondes de Laurent et de Loïc BRIGAUDEAU désormais solidement installés dans leur fauteuil de leader.

Après avoir mis une demi heure à faire les 4 kilomètres qui nous séparaient de l’auberge d’Hucqueliers pour ne pas endommager davantage le demi train, nous retrouvons nos camarades au départ de leur dernière spéciale de la journée qu’ils disputeront en neutralisé en raison de la violente sortie de route de Samuel SALAUN et de sa Cosworth.

Nous garderons un bon souvenir de cette édition 2010 car avec 3 meilleurs temps et deux 2ème temps sur 8 spéciales parcourues, nous n’avons pas à rougir de notre prestation. Dommage que la fête se soit arrêtée dès le samedi soir…

Le lendemain, le classement ne changera pas au long des 4 spéciales.

Laurent BAYARD et Loïc BRIGAUDEAU pouvaient enfin savourer leur victoire au TOUQUET.

La 911 de Laurent et Loïc après la bataille.

Jean Marc DHILLY et Thomas COUSTENOBLE terminaient 2ème (comme l’an dernier) et François PONTIER et David BROGNARD 3ème.

Signalons la 6ème place de Philippe FLAMENT et Didier RENAUX sur la Berlinette, qui terminent enfin un Touquet…

LA GALERIE PHOTO du TOUQUET VHC 2010 en cliquant ICI

 

Petit clin d’oeil à l’écossais Duncan CAMERON qui a toujours son KILT rangé dans sa 205 pour passer sur le podium…

Catégories

Articles récents

RETROMOBILE 2014. Exposition « Les Alpine de Mr Rédélé »

RETROMOBILE 2014. Exposition « Les Alpi...

Alpine une nouvelle fois à l’honneur mais cette fois ci dans la capitale. A l’initiative...

LM STORY 2013. Alpine A 441, embarquez à bord !

LM STORY 2013. Alpine A 441, embarquez à bord !

Des soucis de mise au point moteur mais un réel plaisir d’entendre le V6 gordini chanter...

Vivez la 3ème montée de la course de côte du Beaujolais dans la Scora Maxi d’Anthony DUBOIS

Vivez la 3ème montée de la course de côte du Be...

Anthony, de retour en Championnat de France de la Montagne, améliore son meilleur chrono dans la 3 è...

Alain SERPAGGI retrouve l’ALPINE A 441 2 litres.

Alain SERPAGGI retrouve l’ALPINE A 441 2 lit...

La deuxième sortie de ce magnifique prototype Alpine depuis sa restauration eut lieu dans le cadre d...

Alpine A 310 groupe 4

Alpine A 310 groupe 4

Jean Claude CHERVIER vous emmène à bord de son A 310 pour le premier tour de la course ASAVE du Mans...

Roadbook

Newsletter



Retrouvez-nous sur Facebook

Création : Ergo