Malediction sur Dieppe….

Tout avait presque bien commencé…

Notre dernière participation à Dieppe datait de 2008, il faut dire aussi que depuis cette date les organisateurs avaient mis de coté les VHC…

A l’époque, nous étions alors venu faire notre 1er rallye avec la Ford mais les Dieux Haut Normands nous ont rappelés à l’ordre au bout de 4 kilomètres quand le moteur rendit son dernier souffle vers AUFFAY. Ils nous est donc apparu comme une évidence de venir vivre le renouveau du DIEPPE VHC avec la berlinette, d’autant plus qu’on pourrait y célébrer son quarantième anniversaire devant la maison mère, avenue de Bréauté. Mon chassis 17209 est sorti de cette usine en Janvier 1971…Sa consécration avec le titre 2010 était déjà une belle récompense…mais la faire revenir à Dieppe était, sur le papier, la bonne idée.

Patrice MOTTE, ancien concurrent en VHC sur une PORSCHE 928, avait fait en sorte que les VHC partent avant les modernes, et terminent un peu plus tôt aussi. Un programme parfait.

Après des reconnaissances sous un soleil normand accablant (comme quoi c’est possible), nous retrouvèrent Philippe FLAMENT , observateur FFSA pour cette épreuve, lors des vérifications techniques samedi matin.

Alain GOUPY, le commissaire technique m’annonça d’une voix grave que mon PTH n’était pas conforme…petit moment de stress jusqu’au moment où il me fit remarquer que je ne l’avais pas signé (depuis 5 ans, il était temps…). Autre moment sympathique lorsqu’on retrouve des propriétaires d’Alpine venues voir “les copines” lors des vérifs.

A 13 heures, nous partions les premiers pour aller faire la première boucle de trois spéciales de 10, 13 et 14 kilomètres.

Photo du Grand Pierrick Le BRETON

La particularité de cette première épreuve chronométrée était d’avoir les 3 premiers kilomètres sous forme de boucle, avec une très belle épingle entre deux talus…

Lors du deuxième passage à cette épingle, encouragé par les cornes de brumes des spectateurs, j’ai laissé glisser l’alpine plus que d’habitude et lors de la reprise d’adhérence, l’auto est monté sur le talus, ouvrant le train avant droit.

Pas fier de ma bêtise, j’ai terminé la spéciale sagement, ce qui ne nous a pas empeché de signer le meilleur temps.

Après être sorti de la zone du point stop, Eric a été voir les dégats et vu que cela semblait gérable, nous décidions de continuer.

Gardant à l’esprit le jour où ma roue s’était couchée sous la berlinette suite au rallye Jules Vernes et ses nombreux trous qui finirent par casser une fusée sur le train avant, nous avons roulé “petits bras” dans le premier passage de Bacqueville où quelques descentes très rapides dans les bois font toujours réfléchir, laissant à Da SILVA (une ancienne épée de la coupe Autobianchi et de la coupe 205) le soin de faire le scratch avec sa très belle Golf GTI.

Nous finissions la boucle par un temps scratch avant d’aller pouvoir enfin faire de l’assistance et d’inspecter de façon plus approndie la voiture.

photo bonvoisin

Le soucis le plus important était de gérer l’usure anormale des pneus et pour harmoniser cela, nous avons permuté la roue avant droite avec l’arrière

De son coté, l’ami Bruno EVRARD et sa berlinette avait laissé un phare à la réception d’un saut un peu trop optimiste. Habitant la région, il aura le temps de retourner sur les lieux de sa cabriole pour retrouver son longue portée…

Coté moderne, l’ami BAESSENS se remettait doucement dans le rythme avec la BMW compact de chez Delage, navigué pour la première fois par l’expérimenté Maxime LEMOINE.

Maxime LEMOINE un peu étonné par les dimensions de l’ancienne Championne du Monde Française.

Dès le départ de la seconde boucle, nous adoptons un rythme suffisament rapide pour rester concentré et garder la tête mais également prudent pour gérer notre problème de train avant et d’usure de pneus avant droit.

Temps scratch dans l’ES 4 et l’ES 5 et au départ de la 6ème spéciale, nous avions été prévenu qu’une voiture moderne était sorti dans un talus et qu’elle dépassait un peu mais qu’elle serait signalée.

Nous roulons propre quand après un gros freinage pour un gauche en seconde nous nous retrouvons soudainement bloqué par la Renault 5 turbo et toutes autres voitures ouvreuses parties plusieurs minutes avant nous.

Une dépanneuse est là également. Immédiatement, Eric sort en courant de la berlinette pour aller prévenir le suivant en se mettant bien avant le freinage car personne n’avait pensé à le faire. Pour ma part je sors également de l’auto pour aller voir pourquoi cet embouteillage ( en fait il avait décidé de dégager la voiture qui était sorti) et la colère m’a pris quand j’ai vu les voitures ouvreuses étaient équipées de radio.

Qu’ils ne pensent pas à se mettre avant le virage pour prévenir est une chose mais ne pas avertir la direction de course et le CH de départ en utilisant la radio en est une autre.Qu’il nous fasse partir en chrono pouvait encore se gérer si les postes de commissaires précedents avaient été avertis et qu’ils nous demandaient de ralentir.

Cet incident est d’autant plus regrettable qu’un directeur de course aguerri et connu officiait dans la voiture double zéro.

Après quelques minutes, nous repartons en convoi pour aller à l’assistance.

Après avoir re-vérifié ce qui devait l’être, nous décidons de ne pas repartir. La barre stabilisatrice sortait trop facilement de son logement suite à la bêtise du midi et il était plus sage d’en rester là, en abandonnant pour la seconde fois à Dieppe alors que nous étions en tête avec près de 30 secondes d’avance…

On aperçoit les stygmates de la sortie de route à l’avant droite de la voiture.

Da Silva s’en allait recueillir la victoire devant la berlinette de Bruno EVRARD et Philippe QUEVAL et la Renault 5 alpine groupe 2 de José LEVEQUE et de Cédric FRANCE.


On retrouvera tout le monde vers 22h30 au podium pour aller diner tous ensemble en compagnie du grand Jean Luc THERIER et de son épouse. (il ne manquait que Nicolas). Belle initiative des organisateurs. Par la suite, les modernes arrivaient et nos amis BAESSENS et LEMOINE terminait 8ème scratch et 2ème de groupe sur la BMW du 318i racing.

Prochain rendez vous, le Rallye Le MANS, les 10 et 11 JUILLET qui accueillera pour la première fois les VHC.(info sur le site de l’écurie Le MANS)

La vidéo du premier passage à l’épingle

Rallye de Dieppe 2011. Alpine Berlinette 1600 S… par rallyspirit

La vidéo du deuxième passage

Rallye de Dieppe 2011. Alpine Berlinette… par rallyspirit

Catégories

Articles récents

RETROMOBILE 2014. Exposition « Les Alpine de Mr Rédélé »

RETROMOBILE 2014. Exposition « Les Alpi...

Alpine une nouvelle fois à l’honneur mais cette fois ci dans la capitale. A l’initiative...

LM STORY 2013. Alpine A 441, embarquez à bord !

LM STORY 2013. Alpine A 441, embarquez à bord !

Des soucis de mise au point moteur mais un réel plaisir d’entendre le V6 gordini chanter...

Vivez la 3ème montée de la course de côte du Beaujolais dans la Scora Maxi d’Anthony DUBOIS

Vivez la 3ème montée de la course de côte du Be...

Anthony, de retour en Championnat de France de la Montagne, améliore son meilleur chrono dans la 3 è...

Alain SERPAGGI retrouve l’ALPINE A 441 2 litres.

Alain SERPAGGI retrouve l’ALPINE A 441 2 lit...

La deuxième sortie de ce magnifique prototype Alpine depuis sa restauration eut lieu dans le cadre d...

Alpine A 310 groupe 4

Alpine A 310 groupe 4

Jean Claude CHERVIER vous emmène à bord de son A 310 pour le premier tour de la course ASAVE du Mans...

Roadbook

Newsletter



Retrouvez-nous sur Facebook

Création : Ergo